La rénovation tire le marché du bâtiment vers le haut

Les raisons d'une reprise attendue

Devenir courtier en travaux est l'ambition de beaucoup de jeunes créateurs d'entreprise. Cependant, les difficultés du marché du BTP sont toujours une préoccupation pour quelqu'un qui souhaite se lancer en franchise. Bonne nouvelle : les perspectives pour 2016 sont meilleures que jamais.

Un bilan 2014 à nuancer

Les experts estiment que le recul de l'emploi sur le marché du bâtiment totalise 30 000 postes perdus pendant l'année 2014. L'activité, quant à elle, a subi un revers avec 4 % de moins que l'année précédente. Les entreprises du secteur, qu'elles soient franchisées ou indépendantes, sont plus ou moins impactées en fonction de leur taille. Du fait de trésoreries moins élastiques et d'un accès au financement plus difficile, ce sont les PME qui souffrent le plus. Dans l'ensemble, le marché aurait deux ans de retard par rapport aux prévisions.

Pourtant, 2014 serait une année charnière, comme l'a déclaré Jacques Chanut, président de la FFB (Fédération française du bâtiment), lors d'une interview sur France Info en août dernier. Monsieur Chanut souligne une véritable « prise de conscience du gouvernement » en matière de logement et de rénovation énergétique des bâtiments. Les ménages qui ont déjà accédé à la propriété sont conscients de la nécessité de faire des travaux énergétiques et les pouvoirs publics vont les y aider. Pour finir, la FFB s'est félicitée du plan de relance de juillet 2014.

Un problème de confiance ?

Cependant, la fédération ne peut pas s'empêcher d'afficher un certain pessimisme. La conjoncture et le contexte économique ne sont pas favorables à la confiance des Français. Inquiets pour leur avenir financier, les ménages se sont pour beaucoup installés dans une dynamique attentiste. Pour Jacques Chanut, il est important de travailler à restaurer la confiance des Français, et le gouvernement se doit de poursuivre ses efforts d'accompagnement et d'instaurer de nouvelles mesures d'incitation à la consommation.

Un ménage qui saute le pas et se met dans une optique d'achat ou de rénovation verra sa démarche d'autant plus facilitée que la conjoncture financière est favorable. Les taux d'intérêt ont atteint un plancher, ce qui est un pas vers une consommation renouvelée, et par conséquent une reprise du marché.

Amorce de la reprise en 2015

La fédération française du bâtiment n'est pas optimiste en ce qui concerne l'activité cette année. Les prévisions font état d'une nouvelle baisse de 0,4 % pour 2015. En revanche, et cela réjouira les professionnels du courtage en travaux, le marché devrait être mené par les secteurs de la rénovation et de la réhabilitation. Jacques Chanut ajoute que le gouvernement actuel a pris des dispositions (au premier rang desquelles la loi Pinel) qui devraient bénéficier à la construction le logements neufs.

La promesse de construire 500 000 logements chaque année n'est pas encore tout à fait tenue (l'estimation de la fédération est qu'on approche les 300 000), mais le travail est entamé. Les courtiers en travaux et leurs franchiseurs devraient donc se retrousser les manches. La reprise est proche !

Derniers articles de la rubrique