5 conseils pour entretenir son réseau d'artisans

Comment travailler son relationnel avec les artisans?

Se lancer en franchise dans le secteur du courtage en travaux est certes plus facile que de démarrer une activité ex nihilo. Les indépendants doivent créer ou apporter leurs propres réseaux d'entreprises avec qui travailler. Les nouveaux franchisés reçoivent le plus souvent une liste d'artisans avec qui leur franchiseur a passé des accords. Ceci ne dispense pas un courtier franchisé de travailler son relationnel et d'essayer d'étendre son réseau de partenaires.

1. Les artisans sont les vrais clients

C'est une première vérité à ne jamais oublier. Si un courtier travaille aux ordres des commanditaires des travaux, il est rémunéré par les entreprises du bâtiment à qui il apporte le chantier. En cas de tensions, il est difficile de ménager les susceptibilités. Certains courtiers sont parfois trop durs avec les artisans qui commettent des erreurs, pensant s'attirer la faveur des clients. Or, leur travail est justement d'être l'intermédiaire, de faire le tampon entre les deux parties.

2. Comme disent les anglais : "pay forward"

Comme dans toute relation humaine, il ne faut pas hésiter à donner de soi sans attendre de retour. Le métier de courtier en travaux se repose fortement sur l'humain : rendre service sans demander de contrepartie est le meilleur moyen de cultiver une relation fructueuse avec un artisan, et ce même quand on n'a pas de chantier à lui proposer. De même, veillez à garder le contact : tenez vous au courant des chantiers sur lesquels travaillent les entreprises de votre réseau, prenez des nouvelles de manière désintéressée.
Si vous ne vous manifestez que pour demander des devis, les artisans vous considéreront comme un contact professionnel de plus et n'auront aucune raison de vous préférer à l'avenir.

3. La sélection est primordiale

Les franchiseurs sont souvent très stricts dans leurs critères de sélection des entreprises avec qui ils travaillent. Ils demandent à vérifier les contrats d'assurance, les casiers judiciaires, les bilans financiers, les attestations d'Urssaf, etc. Sans forcément aller jusqu'à de tels extrêmes, vous devez prendre le temps d'exercer un contrôle sur les sociétés avec qui vous souhaitez faire affaire. Un bon contact ne suffit pas !

4. Attention à l'e-réputation

LinkedIn et Viadeo, les deux réseaux sociaux dédiés aux professionnels, mais aussi Facebook et Twitter, sont d'excellents moyens de créer des contacts de travail et d'entretenir ses relations à moindre coût. En revanche, il est facile de "se lâcher" et de publier des réflexions peu flatteuses, voire carrément négatives, à l'encontre d'une entreprise. Même si vous effacez un statut, sachez qu'il peut toujours réapparaître dans un moteur de recherche. Et dans tous les cas la personne l'aura peut-être déjà lu ! Notre conseil : dans vos relations sur internet, montrez votre côté humain, mais restez professionnel en toute circonstance.

5. Rien ne remplace le travail bien fait

Enfin, le meilleur ciment de la relation entre un courtier et une entreprise est un chantier réussi. Une collaboration qui a fonctionné sans délais, sans erreurs et un client satisfait laisse aux deux parties l'envie de travailler à nouveau ensemble.
Derniers articles de la rubrique